Afrique australe (du 10 au 30 juillet 2012)

Jour 1 : Genève - Windhoek

Mardi 10 juillet 2012, 13 h 40, départ de Genève par le vol LH 1219 en direction de Frankfort où le vol SW 286 de 20 h 10 nous amènera à Windhoek, capitale de la Namibie. Voici le drapeau et les armoiries de la Namibie ainsi que le parcours effectués sur près de 3'400 km :

Jour 2 : Windhoek - Otjiwarongo (environ 300 Km)

Après 10 heures de vol nous atterrissons à cinq heure du matin. Ouff ! les bagages sont bien là et notre guide nous attend.

Nous découvrons la fraîcheur des nuits en Afrique et apprenons que Windhoek se situe à 1'700 mètres d’altitude !

Sur la route nous menant Windhoek (45 minutes de route depuis l’aéroport), petit arrêt café au Lodge River Crossing d’où nous avons une jolie vue sur la capitale.

Après avoir visité Windhoek, nous faisons connaissance du reste du groupe autour d’un repas. Nous serons accompagnés de 3 couples suisses et de notre guide français Jérémy. Nous sommes loin d’imaginer que nous allons passer douze jours fantastiques dans une ambiance décontractée et bon enfant. Il y aura même des soirées fous rires mémorables…

 

Départ au milieu de l’après-midi pour Otjiwarongo. Après une petite halte au marché artisanal d’Okahandja où notre guide, nous fait découvrir le biltong, sorte de viande séchée locale. On est tous venue très rapidement des adeptes !! (on en a même ramené dans nos bagages…)

Nous arrivons à la nuit tombée au Otjibamba Lodge.

 

 

Jour 3 : Otjiwarongo - Parc National d’Etosha (350 Km)

Départ pour le Lac Otjikoto, formation géologique d’une profondeur de plus de 85 mètres et d’un diamètre de 102 mètres. Nous quittons les routes asphaltées et prenons connaissance des fameuses pistes. (Routes non goudronnées)

A midi, nous arrivons à notre hôtel « le Mokuti Lodge » qui signifie « dans le bush » en langage Himba. Il est très bien situé, à seulement deux Km de la porte d’entrée Est du parc national d’Etosha.

L’après-midi sera consacré à notre premier safari.

Jour 4 :

Journée entière consacrée au safari dans le parc d’Etosha.

Nous passons la nuit au Halali Camp. Le soir, nous nous réunissons autour du point d’eau éclairé «Moringa» d’où nous apercevons éléphant, rhino, hyène et chacal.

Jour 5 :

Une nouvelle journée dédiée au safari commence.

Jour 6 : Etosha - Damaraland (300 km)

Ce matin, visite d’un village Himba. Juste le temps d’être briffé sur le précieux vocabulaire que nous voilà entourés d’enfants.

Bonjour : Moro

Comment ça va ? Periwi

Bien : Nawa

Tout va bien : Peri nawa

Au revoir : Epi nawa ou cerenawa

Merci – Merci beaucoup : Okuhepa ou Ukenene (prononcé aukounene)

La phrase standard pour se dire bonjour : Moro – Periwi - Nawa

 

Normalement, le peuple Himba vit dans le kaokoland. Là, nous allons « visiter » un orphelinat tout près de Kamanjab. Nous prenons part dans la maison du chef, (bien qui n’en ai pas, ce titre est purement honorifique) afin de recevoir quelques explications quant aux modes de vies des femmes Himba, notamment sur leur parfum, extrait de diverses plantes et d’écorces d’arbres ainsi qu’une démo de leur nettoyage « à sec » puisqu’elles ne peuvent pas utiliser d’eau pour leur toilette. Pour ce faire, elles allument des écorces et avec la chaleur dégagée se font transpirer. C’est avec leur propre sueur qu’elles arrivent à se laver. Les hommes peuvent en revanche utiliser l’eau. Ces femmes s’enduisent le corps et leurs tresses d’un mélange de graisse animale et d’ocre rouge.

Photo enfants mangeant du mealie meal (bouillie de maïs) :

Après le repas, nous découvrons avec émerveillement les immenses espaces dénudés du Damaraland. Des étendues à perte de vue.

En fin d’après-midi, nous arrivons au Grootberg Pass à 1'540 mètres d’altitude, notre Lodge, se situant lui à un peu plus de 1'600 mètres, pour y arriver, nous devons laisser notre remorque car la route d’accès est très raide. La vue est splendide. On se croirai en plein Grand Canyon dans l’ouest des USA ! Pour avoir de l’eau chaude, un feu par chambre est allumé. La balade à travers le plateau du Grootberg sera remplacée par un (des) apéro, un groupe de lions ayant été aperçu dans les environs.

Grootberg lors de la saison des pluies :

Jour 7 : Journée à travers le Damaraland

Après une nuit assez difficile (beaucoup de vent), nous prenons la route pour découvrir les magnifiques panoramas du Damaraland.

Arbre pétrifié :

Notre hôtel du jour se trouve à Aba-Huab River Valley dans le Doro Nawas Conservancy au centre du Damaraland. Avant d’y arriver, nous nous arrêtons visiter un éco-musée du peuple Damara qui nous ont introduit à leur culture traditionnelle.

 

Arrivé au camp, nous sommes sous le charme de ce camp qui offre une magnifique vue sur les montagnes d’Etendeka. Les chambres sont immenses, il y a même une douche extérieure !

Depuis la terrasse surélevée de notre chambre, nous voyons des éléphants marcher à quelques mètres seulement. Cette nuit là, nous poussons notre lit à roulettes dehors sur la terrasse et profitons d’une vue magnifique sur les étoiles à 180° ainsi que sur la voie lactée !

 

Le lendemain matin juste avant de partir, surprise, plus d’eau ! Les éléphants avaient trouvés la source du Lodge et ont détruits l’installation.

Jour 8 : Damaraland - Swakopmund (380 km)

 

1er surprise de la journée, nous perdons notre remorque qui contient entre autre nos valises et l’eau… Heureusement Jérémy s’en aperçoit tout de suite et nous pouvons la récupérer !

 

Ce matin, visite des célèbres peintures rupestres à Twyfelfontein, dont le site a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2007. Ces gravures (principalement d’animaux) ont été fait par les premiers bushmens il y a environ 6'000 ans.

Nous nous arrêtons également admirer les Organ Pipes (Orgues Balsatiques) qui sont des massifs de dalles et de colonnes en dolérite sculptés par l’érosion datant d’environ 150 millions d’années, ainsi que la montagne brulée (du schiste = roche à aspect feuilleté).

Peu avant midi, la magnifique vue sur le Brandberg, (plus haut sommet de Namibie, 2'573 mètres) s’offre à nous.

 

A midi, après le repas à Uis, 2ème surprise de la journée, il n’y a plus d’essence dans les 2 stations service du bled. Les efforts des chauffeurs pour transférer de l’un des réservoirs de la seconde voiture à la nôtre ne seront pas suffisants, il faudra acheter à une société quelques litres du précieux liquide.

 

Lors de notre arrivée vers Swakopmund, nous passons devant le tournage du prochain Mad Max 4 mais sécurité absolue, les photos sont interdites. Nous sommes priés de déguerpir !

Nous admirons les magnifiques dunes se jetant dans la mer (côte des squelettes) j’en profite même pour aller prendre la température de l’eau. Et c’est en partant que le 3ème problème surgit…  

Grâce aux biscotos de notre équipe, nous arrivons à nous sortir de cette impasse... ouff tout est bien qui fini bien.

Jour 9 : Swakopmund

Ce matin, départ pour une chouette balade en bateau à Walvis Bay. Nous pouvons voir de près des dauphins, une baleine, des pélicans. Deux otaries à fourrure prennent même place sur le bateau !

Pour le midi, nous dégustons avec grand plaisir les huîtres à la mode Namibienne c’est à dire avec du Tabasco, un délice.

 

Le tour en avion ayant été reporté au lendemain, nous passons l’après-midi à flâner dans Swakop alors qu’Eric et David se défoulent en quad dans la mer de dunes.

Jour 10 : Swakopmund - Sesriem (410 km)

Nous nous réveillons sous le brouillard ce qui donne une atmosphère un peu glauque à la ville. Nous devons attendre 11 h 00 pour pouvoir décoller et effectuer notre tour en avion d’une heure trente qui longea le « long mur de dune » entre Sandwich Harbour et Conception Bay et traversa la vallée de la lune et le désert du Namib. Après un vol d’1 heure trente, nous atterrissons tant bien que mal (le pilote doit faire un deuxième approche car il n’a pas réussit à se poser la première fois) à Rotstock Ritz où notre guide nous attend pour le repas de midi. L’après-midi, nous faisons une petite halte à Solitaire afin que les gourmands goutent au fameux crumble concocté par un boulanger-pâtissier allemand. Solitaire est aussi connu pour ces voitures abandonnées qui font office de sculptures.

 

Vue depuis les environs de la piste d’atterissage vers Rostock Ritz :

Le soir, nous prenons possession de notre agréable chambre au Desert Homestead Lodge qui se situe à quelques km de Sesriem, porte d’entrée du parc national du Namib qui permet d’accéder à la magnifique mer de dunes de Sossuvlei. Ce dernier accueille les dunes les plus hautes du monde selon certains guides, forums, internet. A confirmer... Leur couleur rouge est due à la présence de trioxyde de fer.

 

Jour 11 : Désert du Namib

Le lendemain, départ à l’aube pour admirer le levé du soleil sur les dunes. Il fait frais mais prendre son petit-déjeuner, en plein air, face aux dunes, waouh, c’est tout simplement grandiose !

Nous grimpons sur la 1ère partie de la dune de Big Daddy (la plus haute dune, environ 300 mètres), une demi-heure de montée pour seulement 2-3 minutes de descente, mais quel plaisir ! En bas de la pente, nous nous trouvons dans le Deadvlei (vlei signifie lac asséché en afrikaans), d’où l’on peut admirer de magnifiques arbres asséchés.

Dans l’après-midi, nous nous rendons à Sesriem Canyon, une gorge de 40 mètres de profondeur creusée par la rivière Tschauchab. Un petit chemin nous amène au cœur du canyon d’où nous pouvons apercevoir les débris restés en accrochés aux parois lors des dernières crues.

Dans l’après-midi nous regagnons notre hôtel, non pas pour nous reposer, mais pour aller nous balader dans les collines avoisinantes. Nous profitons de la vue sur les montagnes de Nubib, Tsaris et Naukluft. Peu après, nous sommes rejoins par notre guide pour un dernier apéro au coucher de soleil.

 

 

Jour 12 : Sesriem Windhoek (330 km)

Sans grande motivation nous reprenons la route pour parcourir les derniers kilomètres qui nous séparent de la capitale. Dans quelques heures nous allons devoir dire au revoir aux membres du groupe avec qui nous avons passés de très très bons moments. Mais avant ça, nous empruntons une dernière fois une belle piste qui traverse la magnifique chaine du Khomashochland.

Après avoir pris un dernier repas avec notre groupe, nous sommes déposés à notre chambre d’hôtes Londiningi tenue par une française. Après un circuit assez intense, nous nous retrouvons avec du temps libre ! On en avait perdu l’habitude, du coup, on en profite pour écrire nos cartes postales. Le soir, une virée au Joe’s Beer Gardens s’impose.

 

 

Jour 13 : Windhoek – Maun (Botswana) – Delta de l’Okavango (Kwara)

Levé très matinale (4 h 40) car notre avion est à 8 h 15. Notre chauffeur passe chercher Jocelyne et Jean-Philippe à leur lodge. Après 45 minutes de route nous voilà à l’aéroport. Le temps de poster nos cartes postales, de prendre notre petit-déjeuner et nous voilà dans l’avion direction le Botswana. Pour l’embarquement, nous suivons un employé qui nous indique dans quel avion monter. Pas plus de contrôle que ça… Il y a même un monsieur qui s’était trompé d’avion, heureusement, sa place était prise et c’est à ce moment-là qu’il s’est rendu compte de son erreur…

 

Drapeau et les armoiries du Botswana ainsi que la carte du delta de l'Okavango :

Le Delta de l'Okavango signifie "Fleuve qui ne trouve jamais la mer" car il se déverse dans le désert du Kalahari. Se phénomène s'appelle l'endoréisme. L'Okavango met 3 à 4 mois pour traverser le delta (de Mohembo à Maun environ 250 km). Il s'agit de la 5ème plus grande zone humide au monde qui abrite plus de 400 espèces d'oiseaux.

 

Le survol sur une partie du Delta est magnifique. Nous avons quitté les grandes étendues désertiques et poussiéreuses pour nous retrouver au milieu des palmiers et des routes inondées. Un représentant de Safari Destinations nous attend à notre descente d’avion. Dans l’aéroport, aucun touriste. Juste nous deux. Nous sommes l’attraction de la journée… Nous devons remplir les formalités d’entrée, passer à la douane ainsi qu’au détecteur et des billets d’avion nous sont remis…

Photos : billet d’avion « No comment » !

Nous reprenons un avion, beaucoup plus petit (5 places) et quelques minutes plus tard, atterrissons au milieu de nul part. Nous surnommerons cet endroit : l’aéroport international de Kwara.

Nous sommes chaleureusement accueillis par notre guide Georges et son tracker K-B sous l’œil attentif d’une girafe se trouvant juste au bord de la piste d’atterrissage.

Nous sommes amenés à notre camp et là, surprise, nous ne sommes pas au Moremi Crossing mais à Kwara lodge du groupe Kwando Safaris dans la partie nord de l’Okavango. C’est une très bonne surprise car à Kwara, il n’y a que 8 tentes, donc 16 convives au maximum et c’est surtout une concession privée ! Tout le camp est fait de bois et de tentes car aucune construction en dure n’est autorisée. Les concessions sont louées pour une longue durée.

Après quelques explications sur le mode de fonctionnement du camp et les instructions pour notre sécurité, nous avons le droit à un lunch et une sieste. A 15 h 30 départ pour notre premier safari au Botswana.

Seulement quelques minutes après notre départ, nous apercevons une lionne en train de manger un gnou à quelques mètres de nous ! On est tellement près qu’on l’entend laper le sang de l’animal. Après un petit tour dans la savane où nous apercevons une belle brochette d’animaux locaux tel que : girafes, éléphants, zèbres, notre guide nous amène à un point de vue pour le sun Downer. Il s’agit d’un apéro au coucher de soleil. Avant de rentrer au camp, nous repassons à l’endroit où nous avons vu la lionne manger. Cette fois, son lionceau est à côté d’elle entrain de manger. Deux hyènes essaient d’avoir leur part et deux chacals attendent impatiemment leur tour. Nous restons près d’une heure à regarder ce spectacle fascinant. Le soir là, juste quand nous étions en train de manger, un arbre tombe dans un bruit ahurissant juste à côté du réfectoire. Non, il ne s’agit pas d’un éléphant... La nuit, les guides doivent nous raccompagner à notre chambre. Sécurité oblige. Notre première nuit au Botswana se révèlera bruyante. En effet, nous sommes à quelques mètres seulement de la rivière et les Hippopotames font un bruit d’enfer quand ils vont et viennent de l’eau et lorsqu’ils mangent.

Jour 14 : Journée consacrée au safari

Départ matinale pour un game drive (game = gibier). Des Pushbaby (bouillottes) nous sont prêtés car les matins sont frais.

Notre guide Georges est toujours de bonne humeur et nous fait bien rire avec son rire et ses mises en garde : « Braaaancheees ».

Nous traversons souvent des ponts en bois (qui nous semble bien précaires) car les routes sont souvent inondées. A peine sommes nous partis que nous voyons une loutre. Puis K-B aperçoit des traces de lions. Nous croyons qu’il s’agit là d’un attrape-touriste mais quand Georges sort de la route pour traverser un terrain et nous amener à moins de 5 mètres de deux lions on les prend au sérieux! K-B est un Bushmen qui a grandi là et connaît mieux que quiconque les territoires de chaque animal. Un peu plus tard dans la matinée, nous nous retrouvons nez à nez avec la hyène de la veille. Du gnou, il ne reste plus que les cornes, tout le reste a été englouti.

Le point fort de la journée a été l’observation des lycaons et de leurs bébés. Il paraît que c’est assez rare d’en voir.

Nous avons également vu des redboxes, red lechwe, antilopes, zèbres, hippo, babouins, kudu, éléphants, girafes sans parler des centaines d’oiseaux.

En principe, de 11 h 00 à 15 h 00 nous avions quartier libre car les animaux ne sont pas très actifs. Cet après-midi là, nous sommes partis faire un tour en bateau dans le delta. C’était magnifique. Nous avons pu voir des crocodiles, des hippo et beaucoup d’oiseaux. C’était incroyable de voir à quel point l’eau du delta est claire. Du reste, les Batswana l’utilisent pour tout et peuvent la boire sans problème.

Ce soir là, le sundowner était magique. Tous les lundi soir, le souper est servi au coin du feu. Initiative très charmante.

Jour 15 : Partie nord du Delta à la rivière Khwai

Ce matin, nous pouvons nous lever un peu plus tard car nous allons faire du mokoro sur la rivière juste en face de notre camp. Nous sommes initiés à la fabrication ancestrale de ce mode de transport et avons un aperçu de la faune et la flore aquatique.

Vers les midi, nous sommes conduits à l’aéroport où notre avion-taxi nous attend pour nous amenés non loin de là, au Sango Safari Lodge situé au bord de la rivière Khwai et près de l’entrée de la réserve Moremi.

Notre guide, Beast, nous accueille et nous rejoignons les autres participants qui sont en train de prendre leur repas au milieu de la savane, en face de la rivière.

Après nous être sustenté, nous avons le droit à de nouvelles explications sur la vie au camp et son fonctionnement. Après une bonne douche, nous voilà d’attaque pour un game drive. 

Jour 16 : Game drive et Mokoro

Comme en son habitude, au Botswana nous sommes choyés. Nous avons le droit le matin à une bouillotte et une couverture pour nous tenir chaud. Beast nous fait visiter son village et nous partons à la rencontre de ces habitants.

Malheureusement pour nous, nous sommes accompagnés de deux pipelettes italiennes. Heureusement, elles ne resteront que deux nuits.

Même quand on a entre aperçus un léopard elles n’ont pas cessés de discuter ! Heureusement, le guide veille au grain et leur demande de se taire..

Nous avons dû également participer avec elles à l’excursion en mokoro. Cette fois là, le tour était assez lent et on a dû pas mal attendre à cause des éléphants qui se trouvaient des deux côtés de la rivière et qui pouvaient présenter un danger potentiel.

 

Jour 17 : Game drive

Aujourd’hui, grande surprise. Nous allons faire un safari d’une journée dans la réserve de Moremi et tout seul dans notre voiture avec notre guide !

Le départ est matinal, 6 heures. Il fait froid. Mais, à peine arrivé à l’entrée de la réserve que nous nous trouvons face à face avec un léopard ! Heureusement, on était paré à tout éventualité ! Et dire que Beast venait de nous dire que nous n’allions rien voir de spécial pendant ¾ heure, qu’il s’agissait juste d’un transfert jusqu’à l’autre entrée de la réserve. Le Sango Safari Lodge se trouve à l’entrée Nord de la réserve, nous avons pris une route traversant de part en part la réserve et sommes arrivés avant sept heures à la porte Sud du parc. Puis, nous avons emprunté les pistes de la réserve ainsi, nous n’avions jamais le soleil dans les yeux. Lors de cette magnifique journée, nous avons pu découvrir une grande partie de la réserve avec des paysages tantôt aride tantôt humide. A midi, une belle table a été dressée au Third Bridge et nous avons mangé à l’ombre de gigantesques arbres toujours en plein cœur du parc. Sur le chemin du retour, nous rencontrons un troupeau de buffles. Nous ne pensions pas en voir car ils la majorité d’entre eux avaient déjà migrés. Donc grande surprise ! Les big fives ont tous été vus !!

Sur le chemin du retour, nous rencontrons énormément d’éléphants, il y en a à perte de vue. Époustouflant !

Lors de notre dernier sun downer, nous avons dû nous dépêcher car le parc fermait. Juste avant de passer le pont, nous avons pu observer le léopard qui se baladait tranquillement au milieu du camping !

Lors de souper, nous avons le droit à un spectacle de chant et de danse élaborer par les guides du lodge. Nous avons passé une très très bonne soirée.

Jour 18 : Delta de l’Okavango – Victoria Falls (Zimbabwe)

Ce matin, étant donné que notre avion n’est que vers les midi, Beast nous propose de faire un mini-game drive, ce que nous acceptons avec enthousiasme. Et qu’est-ce qu’on a bien fait ! Nous avons suivi une hyène qui courait et surtout observé longuement un léopard.

Nous avons eu le droit à la traditionnelle pause-café sous l’œil curieux d’une belle girafe. Nous nous imprégnions une dernière fois des odeurs de la savane et gravons à jamais les images de ce magnifique endroit.

Beast nous dépose à l’aéroport « international » de Khwai où notre avion d’au moins 15 places cette fois nous attend pour nous emmener à Kasane. Le vol avec Mack Air était long et mouvementé. A notre arrivée, nous sommes conduits à Vic Falls par Wild Horizons. Nous devons passer la douane car nous changeons de pays. C’est un peu le folklore quant aux papiers à remplir qui sont en faite des photocopies de documents officiels, tâchés de café. Nous attendons patiemment notre tour, calmement, face à temps de lenteur administrative. A l’africaine quoi…

Après environ deux heures de trajet, nous voilà enfin au Ilala Lodge.

Depuis notre chambre, nous pouvons apercevoir la vapeur d’eau s’échappant des chutes !

Nous décidons d’aller visiter l’emblématique Victoria Falls hôtel et prenons un apéritif face aux vapeurs des chutes. Qu’est-ce que c’est bien les vacances !

Drapeau et les armoiries du Zimbabwe ainsi que la carte de Viktoria Falls :

Jour 19 : Victoria Falls

Ce matin, nous avions réservé un tour en hélicoptère afin de survoler les chutes. 12 minutes de pur bonheur !

Nous nous faisons déposer directement devant l’entrée du parc afin d’admirer les chutes. Nous avons arpentés en long et large les points de vue. Après une petite collation et vu que la luminosité avait changé, nous avons décidé de refaire le tour de ces fantastiques chutes. Nous en gardons un souvenir grandiose.

Jour 20 : Victoria Falls - Genève

Ce matin, nous ne sommes pas pressés car une voiture doit venir nous chercher qu’à 9 h 30. La grass mat’ on n’en a plus l’habitude…

Avant dix heures nous sommes à l’aéroport et nous devons attendre midi pour embarquer. Débute alors une longue journée d’attente puisque notre avion ne part de Windhoek qu’à 20 heures. Nous voilà coincés dans cet aéroport pendant plus de 6 heures avec comme passe-temps, rien ! Enfin, non pas tout à fait. J’ai dû aller faire du change afin d’acheter du Biltong ce qui m’a pris en tout cas une bonne demi-heure et heureusement, j’avais acheté une pile de magazine !

Notre avion décolla à l’heure et c’est sans encombre que nous atterrissons à Frankfurt puis à Genève. Notre Biltong n’a pas été confisqué à la douane (était-ce illégal d’en ramener ??) et nos bagages ont bien suivis. J’ai eu des doutes car aux Zimbabwe, ils sont restés un long moment sur un chariot à côté de l’avion…

Nous voilà déjà chez nous après 20 jours d’absence. Que le temps passe vite ! Il ne me restait plus qu’à trier nos 3'361 photos et à vous conter notre voyage…

 

Je remercie chaleureusement notre groupe avec qui nous avons passés des moments inoubliables. Notre guide dit « 32 gigas » qui nous a fait part de ses grandes connaissances tout au long du voyage et l’agence de voyage « Terres Sauvages » à Genève qui a organisé notre séjour d’une main de maître. Tout était parfait !

Contactez-nous