• Laetitia

Nouvelle-Zélande - Ile du Sud - dernière partie et clap de fin


22 février : Nous voilà donc dans le Parc national de Fiordland, avec ses 12 120 km2, il est le plus grand parc national du pays, ainsi que l'un des plus grands du monde. Les routes pour le Milford Sound ont été rouvertes la veille mais pas aux voitures de tourisme. Si nous voulons y aller, nous devons passer par un tour organisé. Cette obligation ne nous réjouis guère mais nous n’avons pas le choix.

Nous avons pu obtenir que le car nous prenne directement à Te Anau à 8 h 30 (au lieu de Queenstown). Il y a un peu près deux heures de route pour y arriver. Mais à Cascade Creek nous devons nous arrêter, attendre 10 heures et suivre un convoi officiel jusqu’à the Chasm. Durant ce trajet à la queue leu leu (d’une quinzaine de cars, peut-être même plus, difficile à compter) aucun arrêt photo (ou autre) n’est autorisé.

La route est magnifique. Nous n’aurions jamais pensé avoir du beau temps, enfin pas de pluie. La région de Fiordland est l'un des endroits les plus pluvieux au monde avec 300 jours de pluie par an et quelque 7 mètres d'eau. La nuit il a plu et même neigé sur les sommets.



Le bateau s’avance vers ces falaises impressionnantes. Tout n’est que végétation et cascades. C’est splendide. Le soleil joue à cache cache mais qu’importe ! Nous n’avons pas eu une goutte de pluie. La croisière était courte, environ 1 h 30.


À 13 h 00 nous remontons déjà dans le car. Nous devons attendre 45 minutes au poste du convoi. Il sera 15 h 40 quand enfin nous redescendons du car. Une bien longue route mais qui en valait la peine !


Afin de dormir 2 nuits au même endroit, nous avons décidé de faire le trajet jusqu’à Queenstown le même jour. Et c’est donc reparti pour 2 heures de voiture supplémentaire le long de la Southern Scenir Route qui prend fin à notre destination du soir.

Le motel du Top10 est topissime ! le gros luxe en comparaison avec certains hébergements que nous avons eu.

Nous filons au bord du lac voir le coucher de soleil et profiter de l’ambiance animée de cette ville qui ressemble plus à une station.


23 février : Au réveil il ne fait vraiment pas chaud mais il fait grand beau. L’école et la lessive remplissent pleinement la matinée. Cet après-midi sera plus chaud et bien plus fun. Nous empruntons une télécabine qui nous amène à un panorama à couper le souffle à seulement 790 mètres d'altitude. De là, nous avons eu vue imprenable sur le lac Wakatipu et sur entre autre le massif des Remarkables (stations de ski). Nous nous laissons tenter par deux descentes en luge d’été. Après de brèves explications, nous nous élançons sur un parcours plutôt petit avec de sacrés virages. C’était un bon moment passé un famille.

Puis direction le bord du lac pour manger une énorme glace et se balader dans le Queenstown Gardens.


24 février : Ce matin, changement de décor ! il fait tout gris ! Quelle chance nous avons eu hier ! mais bon ce n’est pas bien grave vu que nous avons 3 heures de route pour nous rendre au lac Tekapo. Pour le midi, nous nous arrêtons pique-niquer dans le bassin de Mackenzie, au bord du lac Pukaki avec vue sur le Mont-Cook (3'754m), grandiose !


Une petite échoppe vend des produits issus de saumons élevés dans le canal Pukaki. Bien que les produits soient bien moins salés que chez nous, la texture du poisson est vraiment fondante. Grace à l’eau de roche il paraît...

Une petite demi-heure après nous voilà arriver sur les bords du lac Tekapo. Impossible de ne pas rester les yeux rivés sur le lac. La couleur de ses eaux est somptueuse. Elle est due à la très fine roche de glacier en suspension dans l'eau.

Nous prenons possession de notre hébergement du même nom.


Pendant que les filles jouent au parc de jeux, je décide de m’évader un peu de notre huit clôt en m’accordant une petite balade. Le chemin longe une partie du lac puis monte un peu vers de très beaux points de vue. Presque seul au monde !

Nous nous retrouverons au sommet, à l'observatoire du Mt John à l’Astro café d’où nous avons une vue à 360 degrés sur tout le bassin de Mackenzie ainsi que les trois lacs (Tekapo, Mcgregor, Alexandrina)


De retour au motel (ce dit d’un logement avec cuisine et salle de bain privée) nous nous essayons à la baignade au lac, enfin, plutôt à un bain de pied tellement l’eau est froide.


A la nuit tombée nous sortons observer les étoiles. Le lac Tekapo fait parti d'une zone déclarée comme réserve internationale de ciel étoilé.


25 février : Ce matin quelques nuages sont présents mais ne nous empêchent pas de prendre notre petit déjeuner en plein air. Assez rare pour être écrit car sur l'île du Sud il fait bien plus frais (limite froid à certains endroits)

La journée se passe aux Tekapo Springs (piscines thermales)

Petite heure de route jusqu'au Top10 de Geraldine afin de couper la route jusqu'à Christchurch.


26 février : Sur la route menant à Christchurch (2 heures) nous nous arrêtons aux gorges de Rakaia. Malheureusement aujourd'hui le sentier est fermé pour maintenance !

Nous lignons donc à notre destination finale.

Pour les deux dernières nuits nous logeons au Top10, vrai paradis pour les enfants !


27 février : Ce matin nous devons mettre le réveil afin de ne pas être en retard au Christchurch Travel Doctor où nous devons recevoir la deuxième dose du vaccin contre la rage. Le médecin qui nous reçoit est à Dunedin ! La consultation se fait par Web Cam. Marrant.

Cette fois c'est bon ! Une petite piqure, on paie et on devrait être tranquille.

Nous partons au centre-ville visiter pas grand chose en fait.. c'est une grande ville certes, mais après les séismes de 2010 (de magnitude de 7) et 2011 (de magnitude de 6.3) beaucoup de monuments et de bâtiments sont endommagés. La ville entière n'est que gravats, terrains vagues et chantiers.

Ci-dessous, la cathédrale avant et après séismes.


En pleine rue nous sommes appelés par Anne et Fred et leurs 4 enfants (la famille rencontré à Rotorua) ils ont quelques heures à occuper avant de prendre l'avion pour Melbourne où nous devons les retrouver le lendemain soir. C'est marrant ces rencontres improbables.


Nous flânons un peu et trouvons quelques quartiers sympas, bar et petits restos.

Nous ne visiterons pas le jardin botanique ainsi que le musée de Canterbury. Les filles préfèrent aller s'amuser dans la piscine du camping.


28 février : Les bagages sont bouclés. Direction l'aéroport où notre vol No QF132 de 13 h 45 avec la compagnie Quantas nous attend. Un petit trajet cette fois, seulement 4 heures.



Le Bilan :

Voilà, 28 jours se sont écoulés depuis notre arrivée dans ce pays.

Nous avons parcouru 4'995 km et vu tellement de belles choses !


Les filles ont adorés les nombreux parcs de jeux, les piscines, les animaux (kiwis...), les longs trajets en voiture pour écouter la boîte à histoire ainsi que les spaghettis (surtout Léa) beaucoup moins l'odeur de souffre à Rotorua.

Et nous un peu près tout sauf le vent (pour moi)


pêle-mêle des anecdotes et particularités du pays :

- Très compliqué à comprendre les autochtones à cause de leur accent

- Quasiment tous les ponts sont à une voie. (circulation en alternance)

- Il n'y a que 3 autoroutes (jamais vu) sinon ce sont des routes principales où l'on roule à 100km/heure

- Les routes de l'île du Sud ont un peu moins de virages que celles du Nord

- Les moutons sont tous sur l'île du Sud (en tout cas en été !!!)

- Il y a toujours des immenses parc de jeux même dans les bleds les plus paumés

- Pas une grande variété de fruits et de légumes dans les magasins

- J'ai vu à de nombreuses occasions des Kiwis d'Italie !!!!

- Dans les magasins nous n'avons jamais vu de boucherie mais toujours de la viande en libre service et JAMAIS vu de filet d'agneau (même pas sur la carte des resto)

- Pas vu un seul déchet / papier ou autre de tout le voyage dans les rues ou la nature

- David a encore dû souffler lors d'un contrôle de police - test réussi bon easy c'était à 10 heure du matin...

- Léa à marché sur une abeille à la piscine.

- Le 2ème jour de vacances Marion est emportée par grosse vague toutes mes affaires aussi (chaussures, sac avec appareil photo - téléphone etc...)

- Du vent tout le temps

- Pas beaucoup de fleurs, venir peut-être au printemps pour voir les lupins à perte de vue

- Les machines à laver des hébergements qui "nettoient" les habits à l'eau froide... (les tâches sont toujours là) Il n'y a souvent pas d'eau chaude dans les buanderies alors c'est système D ! Je découvre ainsi les joies du nettoyage à la main en faisant des aller-retour à la cuisine pour faire chauffer de l'eau (voilà pourquoi la lessive prend autant de temps !!)





0 vue
Contactez-nous